Charles Antoni : Tu ne trouves pas de sens à être sur cette planète, au delà du fictif ?

Stephen Jourdain : Mais je ne crois pas une fraction de seconde à l'existence en soi de cette planète ! Je n'y crois pas du tout. Je crois au paysage terrestre, à ce paysage-ci. Le cosmos, le monde (ce qu'on appelle généralement le monde), c'est une abstraction. Elle peut être utile, peut-être ne peut-on pas vivre sur Terre sans cette abstraction mais c'est une abstraction ! Nous parlons du monde en l'enflant démesurément au lieu de prendre en compte la rue dans laquelle nous marchons ou la pièce dans laquelle nous nous trouvons, le paysage terrestre que nous avons sous nos yeux. Le monde, c'est ce que nous avons sous les yeux. Ce qui est au-delà, le grand machin cosmique, c'est une fable. On peut très bien s'amuser avec cette fable, il n'y a pas de péché à cela mais il faut la voir dans sa nature. Vous conviendrez volontiers que si on conçoit le cosmos comme une fable, on aura quelques réticences à parler d'une conscience cosmique, éh oui, cela serait comique !

Stephen Jourdain, "Le miracle d'être" - entretiens réalisés par Charles Antoni. Editions Charles Antoni l'Originel

 

via GIPHY