060112

"La réalité est divinement indifférente, Richard. Une mère ne se soucie pas du rôle que tient son enfant au cours de ses jeux ; un jour voleur, le lendemain gendarme. L'Etre ne sait même rien de nos illusions et de nos amusettes. Il ne connaît que lui-même et nous à Son image, parfaits, achevé.

Richard Bach (Illusions ou le messie récalcitrant)

Posté par Sator à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


030112

L'intention

Il existe dans l'univers une force incommensurable et indescriptible. Cette force, les chamans l'appellent l'Intention, et absolument tout ce qui existe dans l'univers est relié à l'Intention.

(...)

La connaissance silencieuse est quelque chose que nous portons tous en nous. Une force qui maîtrise et connaît toute chose. Mais cette force ne pense pas, et par conséquent, elle ne peut nous dire ce qu'elle sait... L'Homme a abandonné la connaissance silencieuse pour le monde de la raison. Et plus il s'accroche au monde de la raison, plus l'intention de vient éphémère.

Carlos Castaneda : La force du silence

Posté par Sator à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

301211

we are the world


DEEPAK CHOPRA - Qui est "nous"

Posté par Sator à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

071211

Je dormis et rêvai que la vie était la joie

Je m'éveillai et vis que la vie était servir

Je servis et je vis que servir était la joie

Rabindranath Tagore

Posté par Sator à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

061111

Comment se libérer du mental

Lorsque quelqu’un va chez le médecin et lui dit qu’il entend des voix, celui-ci l’enverra fort probablement consulter un psychiatre. Le fait est que, de façon très similaire, presque tout le monde entend en permanence une ou plusieurs voix dans sa tête et qu’il s’agit du phénomène involontaire de la pensée que vous ne réalisez pas avoir le pouvoir d’arrêter. Ce ne sont que monologues ou dialogues continuels.

Il vous est certainement déjà arrivé de croiser dans la rue des déments qui parlent sans arrêt tout haut ou tout bas. En réalité, ce n’est pas très différent de ce que vous et tous les gens « normaux » faites, sauf que vous le faites en silence. La voix passe des commentaires, fait des spéculations, émet des jugements, compare, se plaint, aime, n’aime pas, et ainsi de suite. Ce que cette voix énonce ne correspond pas automatiquement à la situation dans laquelle vous vous trouvez dans le moment. Elle ravive peut-être un passé proche ou lointain ou bien alors imagine et rejoue d’éventuelles situations futures. Dans ces moments-là, la voix imagine souvent que les choses tournent mal et envisage des résultats négatifs. C’est ce que l’on appelle l’inquiétude. Cette bande sonore s’accompagne parfois d’images visuelles ou de « films mentaux ». Et même si ce que la voix dit correspond à la situation du moment, elle l’interprétera en fonction du passé. Pourquoi ? Parce que cette voix appartient au conditionnement mental, qui est le fruit de toute votre histoire personnelle et celui de l’état d’esprit collectif et culturel dont vous avez hérité. Ainsi, vous voyez et jugez dorénavant le présent à travers les yeux du passé et vous en avez une vision totalement déformée. Il est fréquent que, chez une personne, cette voix intérieure soit son pire ennemi. Nombreux sont les gens qui vivent avec un bourreau dans leur tête qui les attaque et les punit sans cesse, leur siphonnant ainsi leur énergie vitale. Ce tyran est à l’origine des innombrables tourments et malheurs, ainsi que de toute maladie.
Mais la bonne nouvelle dans tout cela, c’est que vous pouvez effectivement vous libérer du mental. Et c’est là la seule véritable libération. Vous pouvez même commencer dès maintenant. Écoutez aussi souvent que possible cette voix. Prêtez particulièrement attention aux schémas de pensée répétitifs, à ces vieux disques qui jouent et rejouent les mêmes chansons peut-être depuis des années. C’est ce que j’entends quand je vous suggère « d’observer le penseur ». C’est une autre façon de vous dire d’écouter cette voix dans votre tête, d’être la présence qui joue le rôle de témoin.
Lorsque vous écoutez cette voix, faites-le objectivement, c’est-à-dire sans juger. Ne condamnez pas ce que vous entendez, car si vous le faites, cela signifie que cette même voix est revenue par la porte de service. Vous prendrez bientôt conscience qu’il y a la voix et qu’il y a quelqu’un qui l’écoute et qui l’observe. Cette prise de conscience que quelqu’un surveille, ce sens de votre propre présence, n’est pas une pensée. Cette réalisation trouve son origine au-delà du « mental ».
Ainsi, quand vous observez une pensée, vous êtes non seulement conscient de celle-ci, mais aussi de vous-même en tant que témoin de la pensée. À ce moment-là, une nouvelle dimension entre en jeu. Pendant que vous observez cette pensée, vous sentez pour ainsi dire une présence, votre moi profond, derrière elle ou sous elle. Elle perd alors son pouvoir sur vous et bat rapidement en retraite du fait que, en ne vous identifiant plus à elle, vous n’alimentez plus le mental. Ceci est le début de la fin de la pensée involontaire et compulsive.
Lorsqu’une pensée s’efface, il se produit une discontinuité dans le flux mental, un intervalle de « non-mental ». Au début, ces hiatus seront courts, peut-être de quelques secondes, mais ils deviendront peu à peu de plus en plus longs. Lorsque ces décalages dans la pensée se produisent, vous ressentez un certain calme et une certaine paix. C’est le début de votre état naturel de fusion consciente avec l’Être qui est, généralement, obscurcie par le mental. Avec le temps et l’expérience, la sensation de calme et de paix s’approfondira et se poursuivra ainsi sans fin. Vous sentirez également une joie délicate émaner du plus profond de vous, celle de l’Être.
Il ne s’agit pas du tout d’un état de transe, car il n’y a aucune perte de conscience. Bien au contraire. Si la paix devait se payer par une réduction de la conscience et le calme, par un manque de vitalité et de vigilance, elle n’en vaudrait pas la peine. Dans cet état d’unité avec l’Être, vous êtes beaucoup plus alerte, beaucoup plus éveillé que dans l’état d’identification au mental. Vous êtes en fait totalement présent. Et cette condition élève les fréquences vibratoires du champ énergétique qui transmet la vie au corps physique.
Lorsque vous pénétrez de plus en plus profondément dans cet état de vide mental ou de « non-mental », comme on le nomme parfois en Orient, vous atteignez la conscience pure. Et dans cette situation, vous ressentez votre propre présence avec une intensité et une joie telles que toute pensée, toute émotion, votre corps physique ainsi que le monde extérieur deviennent activement insignifiants en comparaison. Cependant, il ne s’agit pas d’un état d’égoïsme mais plutôt d’un état d’absence d’ego. Vous êtes transporté au-delà de ce que vous preniez auparavant pour « votre moi ». Cette présence, c’est vous en essence, mais c’est en même temps quelque chose d’inconcevablement plus vaste que vous. Ce que j’essaie de transmettre dans cette explication peut sembler paradoxal ou même contradictoire, mais je ne peux l’exprimer d’aucune autre façon.

Au lieu « d’observer le penseur », vous pouvez également créer un hiatus dans le mental en reportant simplement toute votre attention sur le moment présent. Devenez juste intensément conscient de cet instant. Vous en tirerez une profonde satisfaction. De cette façon, vous écartez la conscience de l’activité mentale et créez un vide mental où vous devenez extrêmement vigilant et conscient mais où vous ne pensez pas. Ceci est l’essence même de la méditation.
Dans votre vie quotidienne, vous pouvez vous y exercer durant n’importe quelle activité routinière, qui n’est normalement qu’un moyen d’activer à une fin, en lui accordant votre totale attention afin qu’elle devienne une fin en soi. Par exemple, chaque fois que vous montez ou descendez une volée de marches chez vous ou au travail, portez attention à chacune des marches, à chaque mouvement et même à votre respiration. Soyez totalement présent. Ou bien lorsque vous vous lavez les mains, prenez plaisir à toutes les perceptions sensuelles qui accompagnent ce geste : le bruit et la sensation de l’eau sur la peau, le mouvement de vos mains, l’odeur du savon, ainsi de suite. Ou bien encore, une fois monté dans votre voiture et la portière fermée, faites une pause de quelques secondes pour observer le mouvement de votre respiration. Remarquez la silencieuse mais puissante sensation de présence qui se manifeste en vous. Un critère certain vous permet d’évaluer si vous réussissez ou non dans cette entreprise : le degré de paix que vous ressentez alors intérieurement.

Ainsi, le seul pas crucial à faire dans le périple qui conduit à l’éveil est d’apprendre à se dissocier du mental. Chaque fois que vous créez une discontinuité dans le courant des pensées, la lumière de la conscience s’intensifie. Il se peut même que vous vous surpreniez un jour à sourire en entendant la voix qui parle dans votre tête, comme vous souririez devant les pitreries d’un enfant. Ceci veut dire que vous ne prenez plus autant au sérieux le contenu de votre mental et que le sens que vous avez de votre moi n’en dépend pas.

Eckhart Tolle  Le pouvoir du moment présent

http://www.eckharttolle.fr/


011111

Anthony de Mello

Posté par Sator à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

200711

Le vide et la Kabbale

Des lettres taillées dans le vide
Tsimtsoum. . .

Au commencement était le vide...
Les maitres du Talmud enseignent que les lettres des dix commandements n'étaient pas écrites sur les pierres, mais gravées, et pas seulement gravées, mais qu'elles traversaient la pierre de part en part.
II est ainsi passionnant de constater que la matière qui constitue l'écriture de la Loi et de la révélation est Ie vide!
Les lettres des dix commandements sont faites "en vide", comme on dirait "en marbre" ou "en bois': La matière même de l'écriture est une non-matière.
Surprenant !

(...)

Le vide fécond
Cette idée du vide entre les lettres qui construit le sens est une idée qui se retrouve dans d'autres cultures, notamment dans la pensée et l'art chinois.
Lao-Tseu enseigne dans Ie onzième chapitre du Tao (trad. F. Huang et P. Leyris) :
Bien que trente rayons convergent au moyeu
C'est Ie vide médian
Qui fait marcher Ie char
L'argile est employée a façonner des vases
Mais c'est du vide interne
Que dépend leur usage
II n'est chambre où ne soient percées porte et fenêtre
Car c'est Ie vide encore

Qui permet l'habitat
L'être a des aptitudes
Que Ie non-être emploie.

La tradition japonaise insiste aussi beaucoup sur ce vide qui est en fait un des élements fondamentaux de sa culture.
II existe a Kyoto un jardin célèbre, celui du temple zen Ryoan-ji : quinze rochers se trouvent dispersés sur une surface de sable. Toutefois, quel que soit Ie lieu d'où on les regarde, on ne voit jamais que quatorze rochers à la fois. Quand Ie quinzième apparaît, Ie quatorzième disparaît, et ainsi de suite. Ce rocher invisible exprime Ie centre caché. Tout ce qui est essentiel est à la fois visible et caché. Entre Ie visible et Ie caché existe un espace vide. Cet espace vide compris entre deux choses se nomme en japonais Ie ma.
Surprenante coïncidence terminologique quand l'on sait qu'en hébreu l'essence de toute chose se nomme aussi Ie ma et désigne à la fois I'essence et la question, Ie "quoi ?" et I'homme.
Ce ma est vide, comme est vide I'espace compris entre deux atomes. Vide, et pourtant nous savons que ce vide est en fait l'expression d'une formidable énergie qui relie et associe les deux atomes, comme Ie vide de l'univers relie et contient les planètes et la galaxie.
II devient plus aisé de comprendre pourquoi ce vide apparaît comme la vraie réalité de toute chose. Michel Random, un des grands specialistes du Japon, se souvient avoir passé toute une journee avec Ie célèbre écrivain Yukio Mishima : ''Alors qu'il me faisait visiter sa maison, je notai avec surprise que tout chez lui était moderne ou du XVIIIe siècle français . "Pourquoi n'y a t-il rien de japonais chez vous ?" Et Mishima me répondit en riant : "lci seul l'invisible est japonais."

 "Mystères de la Kabbale" Marc-Alain Ouaknin, édition Assouline

Posté par Sator à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

270611

Unique

II existe un chemin original pour chacun

Le Baal Chern Tov fit observer:
"II n' existe pas deux personnes douées des mêmes capacités. Chaque homme devrait travailler au service de Dieu suivant ses propres talents. Si un homme essaie d'en imiter un autre, il se borne a perdre une occasion de faire le bien par son propre mérite."
Cette idée était capitale dans son enseignernent.
"Chaque personne née en ce monde, écrit Martin Buber dans le Chemin de l'homme en commentant l'enseignernent du Baal Chern Tov, représente quelque chose de nouveau, quelque chose qui n' existait pas auparavant, quelque chose d'original et d'unique. C'est le devoir de toute personne en Israel de savoir apprécier qu' elle est unique en ce monde par son caractère particulier et qu'il n'y a jamais eu quelqu'un de semblable à elle, car s'il y avait eu quelqu'un de semblable à elle, il n'y eut nul besoin pour elle d' être au monde. Chaque homme pris à part est une créature nouvelle dans le monde, et il est appelé à remplir sa particularité en ce monde. La toute première tâche de chaque homme est l'actualisation de ses possibilités uniques, sans précédent et jamais renouvelées, et non pas la répétition de quelque chose qu'un autre, fut-ce le plus grand de tous, aurait dejà accompli. C'est cette idée qu'exprime Rabbi Zousya peu avant sa mort: "Dans l'autre monde, on ne me demandera pas: "Pourquoi n'as-tu pas été Moïse ?"  On me demandera : "Pourquoi n'as-tu pas été Zousya ?"

"Mystères de la Kabbale" Marc-Alain Ouaknin, édition Assouline

Posté par Sator à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

210611

Le 3e souffle

Un seul être oeuvre en les six milliards d'hommes qui peuplent notre Terre-Planète. Les uns se haïssent, se détestent, se supportent, s'ignorent ou s'aiment durant leur existence qui se renouvelle sans interruption.
Pressentir, sentir, ou seulement admettre comme probable cette éventualité, c'est déjà "se mettre en route". En prendre conscience déclenche l'amorce de la transformation.

Jeanne Guesné, "le 3e souffle"

Posté par Sator à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

130611

Voir

-Tu penses et tu parles beaucoup trop. Tu dois cesser de parler.
- Que voulez-vous dire?
- Tu parles beaucoup trop à toi même. Tu n'es pas le seul à faire ainsi. Chacun d'entre nous le fait. Nous n'arrêtons jamais ce bavardage intérieur. Penses-y. Chaque fois que tu es seul, que fais-tu ?
- Je me parles à moi même.
- De quoi te parles-tu ?
- Je n'en sais rien. De n'importe quoi sans doute.
- Je vais te dire ce que nous nous disons. Nous parlons de notre monde. En fait avec notre bavardage intérieur nous maintenons le monde.
- Comment cela?
- Chaque fois que nous finissons de nous parler, le monde est toujours tel qu'il devrait être. Nous le renouvelons, nous lui insufflons de la vie, nous le supportons de notre bavardage intérieur. Et ce n'est pas tout, nous choisissons aussi nos chemins comme nous parlons à nous-mêmes. Par conséquent, nous répétons toujours et toujours les mêmes choix jusqu'au jour où nous mourons, cela parce que nous continuons toujours et toujours à répéter le même bavardage intérieur jusqu'au jour où nous mourons. Un guerrier est conscient de cela et il s'efforce de mettre fin à son bavardage intérieur. Ce qui constitue la dernière caractéristique d'un guerrier à connaître si tu veux vivre comme un guerrier.
- Comment puis-je cesser de me parler ?
- En premier lieu tu dois faire usage de tes oreilles pour les charger d'une part du fardeau de tes yeux. Depuis le jour de notre naissance nous utilisons nos yeux pour juger le monde. Nous parlons aux autres et à nous mêmes, en termes de ce que nous avons vu. Un guerrier est conscient de cela, et il écoute le monde. Il écoute le son du monde. (...) Un guerrier est conscient que le monde changera dès qu'il cessera de parler, dit-il et il doit être préparé pour cette monumentale secousse.
- Que voulez-vous dire?
- Le monde est comme ci ou comme ça parce que nous disons qu'il est ainsi. Si nous cessons de nous dire que le monde est comme ça, le monde cessera d'être comme ça. Seulement je ne crois pas que tu sois maintenant prêt à une telle gifle, par conséquent tu dois commencer à dé-faire très lentement le monde.

Carlos Castaneda (Voir)