"Nous sommes des consciences; nous ne sommes pas des objets; nous n’avons aucune solidité. Nous sommes illimités. Le monde des objets et de la solidité est une manière de rendre notre passage sur Terre commode. C’est seulement une description que nous créons afin qu’il nous aide… Nous oublions que la réalité matérielle est seulement une représentation et nous nous enfermons ainsi entièrement dans un cercle vicieux duquel nous émergeons rarement dans notre vie."
...
"C’est seulement en tant que guerrier que l’on peut supporter le chemin de la connaissance. Un guerrier ne peut pas se plaindre, ou regretter quelque chose. Sa vie est un défi sans fin, et les défis ne peuvent possiblement pas être bons ou mauvais. Les défis sont simplement des défis. La différence de base entre un homme ordinaire et un guerrier est qu’un guerrier prend tout comme un défi, alors qu’un homme ordinaire prend tout comme une bénédiction ou une malédiction."
...
"Ce n’est pas suffisant de simplement vouloir marcher sur le chemin de la connaissance; vos efforts doivent être impeccables pour vous rendre dignes de cette connaissance."
...
"Il n’y a aucun futur. Le futur est seulement une manière de parler. Pour un sorcier il y a seulement, le ici et maintenant."
...
"La vie d’un guerrier ne peut certainement pas être froide et isolée et sans sentiments, parce qu’elle est basée sur son affection, sa dévotion, son attachement à son Bien-aimé… La Terre sait qu’il l’aime, et elle lui accorde son soin. C’est pourquoi sa vie est remplie jusqu’au bord et son état, partout où il sera, sera abondant. Il erre sur les chemins de son amour… Cette Terre… Seulement si on aime cette Terre avec une passion inébranlable, pourrons-nous nous libérer de la tristesse. Un guerrier est toujours joyeux, parce que son amour est inaltérable et sa Bien-aimée, la Terre, l’embrasse et lui accorde des cadeaux inconcevables. La tristesse appartient seulement à ceux qui détestent la chose même qui les abrite. Cet Être splendide, qui est vivant jusque dans ses moindres recoins et qui comprend chaque sentiment, m’a apaisé, m’a guéri de mes douleurs et finalement, quand j’ai entièrement compris mon amour pour lui, il m’a apprit la liberté."

Carlos Castaneda "Histoire de pouvoir"


… la connaissance du monde que nous percevons nous contraint à croire que nous sommes entourés par des objets, existant par eux-mêmes et comme eux-mêmes, juste comme nous les percevons, tandis que, en fait, il n’y a pas un monde d’objets, mais un univers d’émanations.

Carlos Castaneda "Le feu du dedans"

don_juan_matus_by_almanegra-d3246ol

portrait de Don Juan par Martin de Diego Sádaba